Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2009

MORNING BLUES

VERDON 24 02 09 0002.jpgCe matin , je me suis réveillée à 6h45. Pourquoi faire ?

Coup de blues dans les chaussons. J'avais un pamplemousse dans l'estomac et l'estomac au niveau des amygdales. Pas glop.

La maison endormie, le gel dans le jardin, moins 6°, le soleil sur les montagnes... motivation : zéro. J'ai ranimé le feu, j'ai bu un café dans mon fauteuil en regardant le paysage. RIEN. Motivation : zéro pointé.

Alors j'ai sauté dans mes chaussettes et je suis partie à Castellane voir le Verdon. La nature me rassure. Tout est beau au petit matin, mystérieux, brumeux, fougueux, glacial... Juste un chat roux et un chien dans les rues désertes de l'aube se levant sur la province montagnarde.

J'ai traîné mes bras ballants sur le pont et j'ai photographié le Verdon. C'est beau à chialer. J'ai pleuré. J'vais pas bien et je ne sais même pas où je vais. Je suis restée un bon moment à regarder couler l'eau furieuse depuis le pont. Je me suis offerte le luxe de traverser le pont pour voir l'eau en amont et en aval.

Puis je suis allée boire un mauvais café comme je les aime au bistro où les "anciens" étudient la page des courses avec force commentaires à voix haute. Même pas envie de rire de leurs âneries.

Puis je suis sortie au soleil, il gelait encore. Je me suis assise sur un banc public, à côté du chat roux qui ne demande que des câlins. Je lui ai parlé, je l'ai gratouillé. On est resté comme ça au moins une demie heure tous les deux.

Plouf plouf...

 

 

Commentaires

c'est super beau Catherine, si vous aviez vu ce que moi j'ai vu ce matin, franchement, oui, il y avait de quoi pleurer!!!! des rues encombrées d'immondisses, des clochards sales qui dorment par terre, des gens tristes, pas beaux, pas de quoi rigoler...je vous envie de voir la séouve le matin et de rencontrer un chat simpa.......

Écrit par : danielle | 25/02/2009

Je sais que Paris est devenu une horreur. C'était déjà pas mal quand j'en suis partie en 1984... Je ne me plains pas du paysage, c'est lui qui me tient à bout de bras justement parce qu'il est beau et encore vierge des saloperies de l'Homodétériorius de son propre environnement.
C'est pour ça que je suis allée près du Verdon et gratouiller le chat : pour me dire qu'il y a du positif et surtout dans la nuture si généreuse.
J'aime mon coin de montagne, mais ça n'empêche pas de gamberger... ...

Écrit par : catherine | 25/02/2009

Les commentaires sont fermés.