Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/05/2009

CENTIEME ARTICLE tout particulièrement...

LES INSEPARABLES.jpgC'est le CENTIEME article et je ne voulais pas le banaliser.

Je le dédie tout particulièrement à Danielle qui m'a permis la mise en scène de ce paysage elfique en m'envoyant une photo saisissante d'une balade en Pays de Loire ainsi qu'à Violette qui s'est lancée dans l'aquarelle parce que je l'ai inspirée, dit-elle... MERCI à mes deux mentors !

Je ne suis pas une artiste, loin s'en faut, les connaisseurs le voient tout de suite. Je suis une émotive, une hyper-sensible, une rêveuse qui a les pieds sur terre et qui a besoin de s'évader. C'est pourquoi j'utilise mes deux mains et les neurones qui me restent pour "balancer mes tripes" dans plusieurs domaines, dont l'aquarelle.

La photo de l'arbre de Danielle m'a fait un déclic immédiat. J'ai cru d'abord qu'il s'agissait de deux arbres et en y regardant de plus près, j'ai vu qu'il y en avait qu'un. Le Ying et le Yang, le bien et le mal... les inséparables (c'est ainsi que je nomme ce dessin). Il ne m'a pas été très difficile de mettre en scène ce que la nature avait sculpté. J'ai donc voulu représenter le mal par un satyre et le bien par une elfe qui semble résignée à cet attachement définitif.

J'ai voulu aussi symboliser la Mère avec un sein redondant et une branche qui s'unit à l'épaule du satyre, est-ce sa mère ? En tous cas leur sort est lié.

J'ai utilisé une technique de Linda Ravenscroft, spécialiste des fées, qui préconise de cerner les éléments à peindre au feutre indélébile. J'espère que j'ai réussi à vous faire passer ce que j'ai "écrit" dans cette peinture.

Le satyre est un personnage lubrique et débauché. La nature l'a uni à jamais à une efle, symbole de bienveillance et de magie. Mais le satyre ne peut se livrer à ses perversions, éloigné par les bras de l'elfe qui le tient à distance malgré cet enlacement plein de sensualité.

 

Commentaires

Beau billet que ce centième... Une oeuvre très personnelle, intriguante car à la fois torturée et légère, c'est ce que je ressens lorsque je la contemple. Envol et liberté des papillons, et attachement, lien irréversible et inquiétant au sein de cet arbre... C'est très frappant. Dites Catherine, c'est quoi, pour vous, une artiste ??

Écrit par : Violette | 28/05/2009

Merveilleux!!!!
je suis d'accord avec Violette, si vous n'êtes pas une artiste, alors vous êtes quoi?????

je vous envie ce talent car je n'ai jamais su dessiner...je ne savais pas broder non plus...peut-être qu'un jour, sous votre influence...allez savoir.....

en tous les cas, c'est superbe et merci pour la dédicace amicale et pleine de tendresse...que je vous renvoie........

Écrit par : boutfil | 28/05/2009

Il est rare que beauté et esprit se retrouvent dans une même réalisation. Tu as réussi une belle aquarelle qui nous raconte une histoire mais nous devons faire l'effort de bien la regarder... Amitiés.

Écrit par : Micha | 19/11/2013

Les commentaires sont fermés.