Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/08/2009

ET POUR FINIR : LES GAGS DU MAG !

GAGS DU MAG.JPGComme j'ai du vous en parler, j'ai une excellente amie et marraine de ma fille qui tient une savonnerie/parfumerie à Castellane. De temps en temps je vais lui faire un coucou et je me trouve confrontée à la clientèle... J'ai toujours adoré faire de l'ethnologie locale et au mois d'août (excusez-moi m'sieurs ' dames) on atteint des sommets, voire des records ! Alors pour me faire plaisir et en espérant que ça vous fera rire un peu, je vous livre les gags de cette année... mais la saison n'est pas finie ! Tout peut encore arriver !

Y'a une quinquagénaire (pour dire que ce n'est pas une gamine qui pose la question) qui a demandé si nous avions "du savon sans huile" ? J'ai répondu avec mon humour corrosif et néanmoins distingué, que nous avions des liqueurs, des sirops, des herbes de Provence mais pas de savons sans huile... Ah bon ?

Une autre dame du même âge a demandé du savon sans soude. La boucle est bouclée ! Alors mon amie lui a expliqué gentiment qu'il y avait du savon liquide, fait avec de la potasse (qui a les mêmes vertus saponificatrices que la soude mais qui empêche le savon de se solidifier). "De la potasse ? Mais c'est très dangereux !" s'est écriée la dame. Pas plus que la soude lui a répondu mon amie, chimiste et savonnière de métier. La dame est repartie sans savons du tout. Et vous ? ça va ?

Une charmante jeune femme a demandé "du savon à l'huile d'ânesse"... Mais bien sûr !

Un gamin de 14 ans a demandé si on "pouvait se laver la peau" avec les savons ? Et tu veux laver quoi couillon ?

Un homme outré, les 2 mains sur les hanches a demandé : "vous n'avez pas de savon à l'ananas ??????". Ben non. Y'a plus de 80 sortes de savons dans le magasin mais pas à l'ananas. C'est ballot hein ? Et puis entre nous, en Provence, la lavande est plus locale que l'ananas. Ben il n'a pas acheté de savon. Pourtant on trouve des trucs fous comme fraise, framboise, vanille, coco, pomme verte, orange, citron, mandarine, et j'en passe et des fragrances ! Mais pas à l'ananas...

Un autre "Môssieur" de Paris a tourné viré 20 fois dans le magasin pour arriver au comptoir en s'étonnant de ne pas trouver de savon à la bergamote... Un copain de l'autre sans doute !

Au magasin, le prix des savons est dégressif et particulièrement dégraissé quand il s'agit d'un lot de 10 choisis par le client. Mais ça n'empêche pas le touriste de se croire au souk et d'essayer de négocier des tarifs spéciaux au-delà de 10 savons... Bonne mère !

3 touristes Hollandais ont acheté un savon de 100 grammes. Ils ont demandé à mon amie si elle pouvait leurs couper en quatre pour faire des cadeaux... véridique ! Les bras lui en sont tombés. Elle n'a pas coupé le savon. Les Hollandais étaient déçus.

En Provence il fait chaud. Question incessante : "est-ce que les savons fondent à la chaleur ?". Vous voulez répondre quoi vous ? Non !

Une emmerdeuse voulait absolument de l'huile essentielle de mandarine pour s'endormir le soir. Pas de bol, au magasin on trouve de l'huile essentielle de lavande, de lavandin (pardi !), d'eucalyptus, d'orange, de citronelle... du local quoi ! Elle était vraiment déçue la pauvre dame, elle était venue exprès pour ça. Et vas-y qu'elle nous raconte les vertus de la mandarine, et patati et patata et " vous êtes sûre de ne pas en avoir ?". Elle est repartie ravie avec 2 flacons de brume d'oreiller au tilleul... Dors ma bonne dame, ça nous reposera !

Y'a eu un type, costume, chemise blanche et lunettes en or qui s'est offusqué des prix des savons. Il a déblatéré un grand monologue sur la baisse générale et notoire des matières premières importées en France pour nous convaincre que nous étions des escrocs (dixit). Mon amie lui a proposé de voir les factures de nos fournisseurs qui sont tous de la région PACA pour lui montrer que le prix du savon n'avait diminué en un an, hélas pour elle aussi qui doit faire la répercussion. Moi j'y ai mis mon grain de sel parce que j'aime pas qu'on nous prenne de trop haut... Alors j'ai demandé à ce costard/cravate dans quel domaine il travaillait avec des matières premières qui avaient dégringolé... Il travaille dans l'aluminium... ... Nous on travaille avec de l'huile d'olive française. Essayez un peu de vous laver avec une règle à maçon...

J'arrête là parce qu'on pourrait en écrire des chapitres ! Heureusement que ce n'est pas la majorité des clients ! Mais dans une journée il y en toujours au moins UN qui se distingue. Des fois c'est drôle, des fois c'est affligeant ou carrément désespérant.

Et dans l'ensemble et dans toutes les langues, il ne faut pas s'attendre à la politesse basique... Bonjour ! S'il vous plaît ! Merci ! Aurevoir !

C'est le commerce !

Commentaires

Dans une "vie antérieure" j'ai été libraire avec mon ex-mari. Nous en avons entendues, des perles !!!! De quoi souvent hésiter entre le fou rire et l'envie d'arracher les yeux. Et les formules de politesse étaient souvent absentes. C'était il y a 18 ans. Comme quoi..

Écrit par : Catherine | 17/08/2009

mon gars, en Bretagne, pourrait écrire un livre avec ce qu'ils entendent......pas triste non plus.....
c'est là que l'on devine que la culture française fait de gros progrés......

Écrit par : boutfil | 17/08/2009

Les commentaires sont fermés.