Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/09/2009

COULEUR DU TEMPS

couleur du temps.JPGJe viens d'ouvrir ma messagerie et parmi les nombreuses newsletters auxquelles je suis abandonnée, je trouve ça : Jean d'O est de retour !

Des instants de bonheur en perspective qui vont tomber à pic avec les longues soirées d'automne promises par le changement d'heure... Merci monsieur d'Ormesson de ne jamais vous arrêter... Immortel vous êtes et resterez !

Bien sûr, parmi les visiteurs, certains vont se gausser en pensant que je ne suis pas au courant de l'actualité littéraire ! Et bien c'est très juste.

Jadis au temps naguère où j'occupais un emploi qui me laissait beaucoup de temps libre grâce à une organisation personnelle de mon travail, (non je n'étais pas fonctionnaire, cessez de médire !) je me jetais sur le "Monde des livres" et le "Figaro littéraire" toutes les semaines et occupais mon temps libre destiné à faire acte de présence à l'épluchage de ces deux informateurs littéraires.

La maladie aidant... ... Je n'ai plus eu l'attention nécessaire pour lire tout court. Grosse déception. Je lisais beaucoup, énormément, passionnément, à la folie et puis : plouf ! Le trou noir. Impossible de lire un malheureux chapitre. Handicapée. On m'aurait arracher les yeux que j'en pleurerais encore. Alors avec le temps (merci Léo pour cette merveille) j'ai pu recommencer à lire... des BD... ben oui ! faut pas se moquer, c'est dur une dépression qui dure. Et puis j'ai pu relire les nouvelles de Maupassant, et puis des Agatha Christie... Mais il en a fallu du temps pour que je puisse re-lire. Ce n'est pas encore parfait, mais c'est quand même beaucoup mieux même si je n'ai plus la cadence d'une quarantaine d'oeuvres par an... (C'était ma dose, pas un concours).

Et il se trouve que dans les premières années de cette vacherie de maladie, Jean d'O m'a fait un très beau cadeau en écrivant : "Voyez comme on danse". Voyez comme on vit...

Et depuis, chaque nouvelle parution est une sucrerie attendue, désirée, inespérée. Il écrit encore, ouf ! Merci pour nous.

NB : je n'ai pas attendu d'être malade pour découvrir l'illustrissime d'Ormesson. J'ai commencé à l'apprécier avec "La douane de Mer", "Le rapport Gabriel" etc... Avant cela je le trouvais insupportable. 

Cet article et l'opinion que j'y émets sur Jean d'Ormesson n'engagent que moi... cela va de soi.

Et toi mon coeur pourquoi bats-tu ?

19/09/2009

MAIS QU'EST-CE QU'ELLE DEVIENT ?

NON, je ne suis plus très prolixe sur le blog... et pour cause !

J'ai rechuté. Grave. Comme disent les jeunes. Moi je préfère PROFOND, c'est plus adéquat mais pas plus confortable.

Je vais juste spécifier ça : je prends 65 mg d'anti-dépresseurs vert et blanc et un autre couleur bordeaux mais qui n'en a pas le goût et 40 mg d'anxyolitique rose Barbie par jour. J'ai gagné le concours des "fatigués" cet été et mon cher médecin spécialiste a jugé nécessaire de me rajouter de la chimie pour que les ravins cessent de m'attirer...

65 mg d'anti-dep et 40 mg d'anxyolitique par jour...

pour certains : c'est peu

pour la moyenne : c'est beaucoup

pour la majorité : c'est effrayant

pour MOI : c'est l'enfer.

Alors pardonnez-moi si je ne suis pas très communicative. Je garde une lueur d'espoir de me séparer d'un anti-dep d'ici Noël...

Et vous ? ça va ?

BOUTIS - première expérience

BOUTIS PREMIER.jpgJ'ai commencé à m'intéresser au travail de la broderie fin 2004. J'ai commencé évidemment par le point de croix avec de la toile Aïda et des moulinés DMC. Je suis rapidement venue aux toiles de lin de différents tissages et aux fils de soie de Gloriana que j'ai tant aimé.

Puis toujours curieuse et facilement lassée, je suis partie à la recherche d'autres broderies, leur histoire, leur technique etc...

Et j'ai découvert tout un monde merveilleux en exécutant du Hardanger, la crewel embroidery, la broderie suédoise, la broderie au ruban de soie, la broderie traditionnelle et sa myriade de points incroyables, et j'en passe et des meilleures !

Le BOUTIS m'a toujours intriguée. J'appréciais le travail sans en connaître la technique. Et bien c'est fait, maintenant je sais comment ça marche comme disait Michel Chevalet...

Cette exécution de 31 cm x 31 cm ne sera certainement pas du goût des puristes mais c'est un premier exercice avec comme professeur un magazine de patchwork pour la technique et des motifs piochés ça et là et exécutés au fur et à mesure. Je n'avais pas fait de dessin préalable (pour ne pas m'effrayer) sur toute la surface de la batiste. Je me suis donc retrouvée dans l'impossibilité de réaliser les "cording" ou "couloirs" puisque j'avais déjà tout rembourré.

Je m'étais procuré le matériel de base : les aiguilles impressionnantes, la mèche, le coton N°8 et le poinçon... et vas-y comme je te pousse.

Personnellement, je me flatte de m'en être sortie à peu près bien. J'avais l'habitudes des petits points lors du matelassage de mes patchworks, donc cette étape était bien acquise. Ce qui m'a posé le plus de difficulté est le rembourrage des "masses" avec la mèche... J'ai développé des trésors d'imagination pour trouver les outils adéquats (oui, je sais, le petit bâtonnet de buis, mais je n'avais pas !). Finalement j'ai trouvé ma vitesse de croisière et je me suis laissée aller à décliner d'autres motifs, le premier étant le papillon en haut à gauche.

C'est comme tout : quand on a compris la technique : ce n'est pas sorcier ! Je pousserais même le bouchon jusqu'à dire que j'ai éxécuté des broderies autrement plus compliquées. Mais là n'est pas l'essentiel. Le plus important était de satisfaire ma curiosité et tenter d'ajouter une corde à mon arc de brodeuse en tous genres. J'ai réalisé cette "chose" en une semaine en commençant avec les mains moites et en terminant tranquillement installée et rassurée !

Allez ! Quelques détails... mais rien de prodigieux, certes !

BOUTIS PREMIER OISEAU.jpg

BOUTIS PREMIER BOUQUET.jpgBOUTIS PREMIER COURONNE.jpg

04/09/2009

Pour GRIOTTES de Linvosges

Danielle dit toujours qu'il "faut broder utile" !

Alors, pour accompagner mes très jolis draps "Griottes" de Linvosges (qui n'ont de griotte que les couleurs et pas les motifs) j'ai terminé cette enveloppe de coussin dont j'ai emprunté le dessin à "Broderie Création n° 28, broderie hongroise).

Un régal. La broderie hongroise ne se brode qu'avec du passé plat... mais comme je n'aime pas la monotonie, j'ai quand même glissé quelques points dits "spéciaux". Je n'ai travaillé qu'avec du DMC (gnagnagna) entre 2 et 6 fils en fonction du relief souhaité.

Je me suis largement autorisée à y mettre mes couleurs en restant uniquement dans les rouges avec le 902 + 777 + 498 + 304 + 321 + 817 +151. Petite remarque au passage : lorsque j'ai lavé dans les règles de l'art la chose terminée, le 321 a légèrement bavé alors que DMC est réputé pour ne pas déteindre... ... ...

Certaines d'entre vous me demandent où en est la nappe aux pois de senteur... et bien je pense qu'elle sera terminée pour l'été prochain parce que je ne bois plus mon café dehors et que j'ai plein d'autres projets dont une autre housse de coussin que je suis entrain de broder pour accompagner cette fois des draps nommés "frou-frou" de Linvosges bien sûr, teints en vieux rose victorien... comme j'aime.

Sur ce, ayez la bonté de ne pas me demander comment je vais parce que je vais mal et que ce n'est pas sur le blog que j'en parlerais.

A toutes les brodeuses, à tous les visiteurs, je vous souhaite un agréable moment à lire cette note.

GRIOTTES DETAIL.jpgGRIOTTES COUSSIN.jpg