Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2009

SEJOUR EXTRA-TERRESTRE EN BOURGOGNE

RENEVE 01 11 2009.jpgJe me suis absentée une semaine de mes montagnes chéries pour passer les 4 premiers jours dans cet ancien coprs de ferme sis en Bourgogne, côté plaine de la Saône, pour y voir mes parents...

C'est ici que j'ai vécu 4 mois par an en alternance avec un logement HLM dans le 92 car ma mère était enseignante. C'est son fief. Ce village était peuplé d'une longue lignée de la famille de ma grand-mère maternelle (que je n'ai pas connue mais dont je porte le prénom) qui était la soeur de 8 autres gamins... d'où une papardelle de tantes, d'oncles, de cousins, petits-cousins et autres emmerdeurs qu'il fallait se farcir.

C'est ici que j'ai grandi, que j'ai fait les 400 coups, que j'ai effeuillé la marguerite, que j'ai beaucoup pleuré de n'être pas aimée de ma mère, ici aussi que je me suis étiolée, que j'ai perdu espoir, que je me suis noyée dans le brouillard...

Cette maison est tout droit sortie des "Art et Décoration" des années 60 à 80 où tout est splendide et riche au regard mais n'a jamais eu aucun point positif côté confort rationnel... Ah ! Les intellos... ...

Enfin, c'est là que se trouve aussi mon père que j'ai eu beaucoup de plaisir à revoir. Mais ce mini-séjour m'a permis de constater que je n'avais aucun regret, aucune nostalgie, aucune mélancolie pour ce lieu qui m'apparaît totalement étranger désormais. Je remercie mon psy qui m'a aidé à tirer un trait sur une énorme malle de souffrances contenue dans les 4 murs de cette barraque.

Et soyez assez aimables pour ne pas me dire que les blessures se referment avec le temps... les cicatrices font souffrir aussi.

18:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

vous avez eu en privé ma réaction...... enfin!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : boutfil | 06/11/2009

Voilà bien une chose que je n'aurais pas dite !!
Il est des endroits dont il faut se détacher pour pouvoir y revenir peut-être pas sans douleur, mais en tout cas sans souffrance.

Écrit par : Catherine | 07/11/2009

Que ça fait du bien parfois de vider son sac et dire que l'on n'a aucun regret
quel soulagement, de pouvoir parler au lieu de garder tout pour soi, le coeur lourd de non dit. Je suis aussi une thérapie d'un autre genre, et j'espère un jour trouver la même sérénité que toi.
Bonne et douce nuit Patricia

Écrit par : chez path | 07/11/2009

Réponse à Path : votre commentaire est très Pathétique pour une jeune femme que j'ai vue sur son blog. Je n'ai pas trouvé la sérénité mais j'ai appris à me blinder avec une psychothérapie qui dure depuis plus de 7 ans, ne souffrant d'aucune pathologie mais trimbalant une vie trop lourde. Je n'ai pas trouvé la sérénité mais je me suis toujours évadée en travaillant avec ma tête et mes mains toutes sortes de matières en jouant avec les couleurs que mes tripes choisissent. Heureux échappatoire, certes ! Mais le ver est dans le fruit.
Bon courage, accroche-toi pour les mouflets et jette tes tripes dans des ouvrages faits main sans t'occuper du regard des Zôtres.

Écrit par : Catherine de la montagne | 08/11/2009

Les commentaires sont fermés.