Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2009

JE T'AIME, grave.

SOLEIL.JPG

Souvent je fais des tas de choses en attendant que les pages d'Internet s'affichent parce que j'ai l'Ultra-Bas-Débit et qu'il faut être patient. Entre autres choses j'écris. J'ai la cervelle en ébullition permanente et la soupape risque de ne pas sauter au bon moment tellement ça bouillonne dans mon esprit usé.

Je pense en permanence à ma fille et à la vie. A la vie et à ma fille.

L'autre soir j'ai écrit ceci parce que ma fille me dit souvent : "tu devrais faire un livre avec ta vie"...

"Si je devais raconter ma vie, je commencerais par dire que je la trouve déjà assez longue comme ça. J'aimerais bien me reposer. Je suis fatiguée. Lasse. Et puis désormais je ne vois plus clair et je ne vois même pas mes mots sur la feuille. Tout est flou, comme dans le reste de ma tête. Ce n'est pas que je ne veux pas vieillir, je m'en fous, c'est que je ne veux plus souffrir et emmerder les autres, ceux qui m'aiment, enfin... ceux qui me le disent.

Alors si on me demandait de raconter ma  vie, je dirais que c'est une très grosse bouse de vache(ries) avec un soleil au milieu.

Ce petit soleil, c'est ce qui me dit qu'il faut que je reste encore. Mais j'ai toujours très peur d'étouffer mon petit feu avec mes problèmes existentiels. Suis-je une bonne mère ? Une mauvaise mère ? Qu'est-ce que c'est une bonne mère ? C'est une maman qui pense avoir tout fait pour que son enfant soit bien ? Est-ce que mon soleil va bien ? Est-ce que mon soleil ne me reproche rien ? Il eût été plus simple pour tout le monde que je n'arrive pas ici, comme le souhaitait ma mère. Peut-être qu'en cela elle fut en premier lieu une mauvaise mère pour m'avoir mise au monde contre son gré et le mien.

Faut pas m'en vouloir. Je n'ai rien à raconter. Le vécu est le vécu. On peut en parler sans cesse, y mettre des "si", du sucre, du miel et toute autre douceur qui cacherait l'amertume... Mais c'est fait. Faut pas se voiler la face. Mais vivre avec, c'est une autre affaire. C'est dur.

Et demain ? Que deviendra mon soleil ?

Une chose est sûre, aussi loin que mon soleil sera, ses rayons arriveront toujours jusqu'à moi. J'ai besoin de mon soleil, même s'il est voilé par la pluie. Mais je ne veux pas le retenir. Il doit faire son parcours, sa vie. Il rayonne toujours pour moi, où qu'il soit.

Et je parle d'amour..."

Je n'attends pas vraiment de commentaires. J'ai mis cela sur le blog pour l'éternité.

Je suis vraiment très mal, mal à l'aise, mal à la vie, mal à l'avenir, mal au passé, mal au présent.

Commentaires

je m'en doutais que c'était pas terrible en ce moment.......

je vous embrasse, je pense à vous

Écrit par : boutfil | 13/11/2009

C'est de l'amour ça, tout simplement. Du vrai amour de mère...

Écrit par : Violette | 14/11/2009

Pour quoi se bat-on ? Pour qui ? Quand, comme vous et moi on a un (deux dans mon cas) soleil, on le sait. Cet amour-instinct, survivance de notre première animalité, est peut-être le moteur le plus puissant. Votre soleil, mes soleils illuminent les plus épaisses ténèbres et leur donnent un but : sois prêt, soleil, à rayonner seul.. Mais est-il un moment, aux yeux d'une mère aimante, où le soleil n'a plus besoin de rien ?
C'est aussi la question qui me taraude dans les moments où me battre me semble vain.
Je vous embrasse.

Écrit par : Catherine | 14/11/2009

Les commentaires sont fermés.