Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2010

SI DES AMIS DOIVENT VENIR...

"Si des amis doivent venir... de créer tu devras t'abstenir."

DEBARRASSER.jpg

Proverbe voisinesque (de "voisin", Nachbarn, neibourgh etc...) issu de la sagesse impopulaire mais ô combien réaliste et difficile à entendre.

Si vous avez la chance de savoir faire des tas de trucs avec vos mimines et que cela nécessite obligatoirement un envahissement, disons une occupation maximale de certaines pièces de la maison... vous me comprendrez, j'en suis sûre...

Ce matin j'étais entrain de faire un modelage en polymère d'un visage. Modelage compliqué, visage expressif, petits outils, gestes minutieux, déballage sur une toile cirée de la salle à manger, pâtes Fimo partout, aluminium, colle. Bref : il faut toujours de la place. Ne pas négliger le fait que le tiers de la table est déjà occupé par de multiples tissus et accessoires de patchwork, de broderies en cours, de bustes et vaches à recouvrir avec du décopatch et sa colle, son vernis, ses pinceaux etc... Le tout au milieu du courrier qui peut attendre, des livres précieux sur "comment faire ça ou ça ou encore ça"... et vous avez une idée assez précise de l'environnement dans lequel je "travaille" avec un enthousiasme à toute épreuve, beaucoup de patience et de tendresse pour tout ce que je fais. C'EST MON UNIVERS. Un point c'est tout.

Et ben l'homotéléfoneportablus m'appelle du bistro où il boit un café avec sa fillechériedamour pour me dire que des amis vont passer nous voir cet après-midi. "Bonne nouvelle !" dis-je.

Homochiantus déclarer en rentrant à la maison, alors que je suis entrain de modeler le nez d'un personnage avec beaucoup de difficulté, que j'ai des lunettes pour voir de très près ce que je fais et que, donc, je vois flou si je lève la tête... Homochiantus déclarer : "faudrait peut-être débarrasser tout ça !".

Ah ouais ?

Ni une ni deux : je plante tout. Je planque tout. Je passe l'aspirateur, je nettoie, j'astique, je fais  briller et je jure que dans quelques mois personne, mais alors personne ne viendra la ramener quand je serais occupée avec mes 10 doigts.

Dans quelques mois je déménage "mon bazar... et y'en a !" (dit-il) dans mon futur atelier où que je ne veux voir personne, où que je vais mettre un digicode assorti d'un décodeur de rétine et d'un code secret à 86 chiffres.

Je l'ai mal pris.

Et quand les amis viennent à la maison, ils sont là, les yeux grand touverts à faire des : "c'est toi kaféça?", "c'est super !", "c'est beau chez toi !", j'en passe et des plus flatteuses.

Alors en attendant de déménager "mon bazar", comme y dit, je vais me vautrer dans le canapé et je vais regarder tous les feuilletons qui passent à la télé du matin au soir, comme ça y'aura pas de bazar quand les amis viendront. Je serais conne mais ordonnée.

Saint Livret de Famille, priez pour moi !

01/03/2010

FACON PUZLE

Comme dirait Audiard dans les "Tontons flingueurs" : "je me disperse, je me ventile, façon puzle".

Déconcentrée, désorientée par "un absent de longue durée", je n'arrive pas à m'atteler à une activité unique. J'ai en route un joli patch country, celui de ma fille auquel il ne manque que deux bandes de côté, des broderies... je ne les compte plus. Bref, je me diversifie pour tuer le temps qui me tue.

MODELAGE BARBU 01.jpg

Je me suis jetée sur la "Fimo" que j'ai retrouvée dans mon bazar. Ce personnage m'a occupée une dizaine d'heures sur deux jours.

Toute ressemblance avec  une personne existante ou ayant existé n'est pas fortuite...

Et comme je n'arrive pas à rester devant la téloche toute la journée et qu'en réalité, je n'ai aucune motivation pour quoi que ce soit de particulier, je fais des trucs, n'importe quoi, comme ce nichoir réalisé dans un calendrier mural et habillé de jolis papiers auquel il manque des oiseaux à réaliser pour lui donner un peu de vie... Evidemment, ce nichoir de luxe n'est pas à mettre dehors !

Mes amies blogueuses m'ont souvent dit qu'il ne fallait pas trop étaler ses humeurs et ses tristesses sur le blog, parce que ça fait fuir les visiteurs... Je constate depuis mon dernier "post" qu'effectivement, ce sont toujours les mêmes qui me remontent un moral très bas. Merci amies. Et pour les autres : un peu de distraction en attendant que je retrouve le sourire... mais je ne sais plus où je l'ai mis...

Bises

NICHOIR RAISIN 01.jpg