Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2010

ELIOTT... mon amour !

ELIOTT 29 06 2010.jpg

 

 

 

 

 

 

 

ELIOTT... c'est la crème des chiens. Un amour ! Aucune agressivité, jamais, il ne pense qu'à faire des bisous et des gros câlins dans le cou. Que du bonheur ! Et la bouille... comment résister à ses yeux morts d'amour ?

Ma Tilda... la première !

Je ne sais pas si c'est le temps mouligasse qui nous rappelle les belles soirées d'automne, ou si c'est chronique chez moi, mais je suis tout raplapla. Il y a quelques temps j'avais acheté  une bouquin des demoiselles Tilda, elles ont un côté qui ne plaît bien, nonchalentes et dodues. Je vous avais montré un buste sur socle il y a quelques temps.

Hier je me suis lancée dans la confection de la "Grande Tilda", pour voir, comme ça. Tout est bien expliqué, pas besoin d'être une couturière surdiplômée. Faut prendre son temps, surtout pour le rembourrage, mais j'aime bien ma grande bringue que j'ai habillée avec mes tissus. Là on la voit avec la bouche en coeur (un bouton collé) mais en réalité elle a les lèvres dessinées et des pommettes roses (ma fille n'a pas aimé le bouton !).

Ce que j'aime bien, c'est qu'elle est articulée et qu'on peut la mettre partour et lui donner des pauses... Je sens que je vais beaucoup causer avec Ma Tilda...

Allez, bonne soirée à toutes et tous. Ya des jours où... ...

TILDA 29 06 2010.jpgTILDA 29 06 2010 AU JARDIN.jpg

Ma Tilda chez Léonard de Vinci...

Un rosier merveilleux que je recommande chaudement aux amateurs.

18:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

27/06/2010

2010... 8 ANNEES...

8 ANS 2010.jpgJe n'ai pas brodé utile, presque comme d'habitude... mais thérapeutique.

S'cuse Danielle !

Pour ceux qui ont suivi depuis le début, ils savent que tous les ans je marque le "coup" de ce que je me suis pris sur la tête le 4 juillet 2002.

J'ai une semaine d'avance... Mais ça ne change rien aux problèmes de fond. J'ai calculé que j'avais gobé plus de 20.000 gélules en 8 ans... ça ne me fait pas rêver et tant que durera ce cauchemar invisible pour les autres : je marquerai le coup. A cent ans et 3 dimanches : j'arrêterai.

L'an passé j'avais brodé un rosier arbuste avec du ruban de soie dégradé du gris pâle au noir plus profond. J'aime passionnément les roses - le Petit Prince était fasciné par la sienne - mais elles ont des épines pour se défendre. Qui n'a jamais mordu dans une prunelle avant les premieres gelées et ne se souvient pas de l'âpreté du jus qui tétanise quelques instants la bouche ? Tout est fermé, bloqué dans cette broderie, juste un petit passage au-dessus des grosses roses où je voudrais bien pouvoir me faufiler. Pas de hasard dans la composition. On retrouve même les couleurs de mes chères rations de survie : le vert et le blanc pour le Proz____, le rose pour le Tranx____ et le rouge bordeaux pour le Prothia____.

J'ai bidouillé ça sur de l'Aïda 7 points, je ne me sentais pas de broder dans du lin 14 fils, j'ai les yeux qui me lâchent doucement mais sûrement. C'est donc du point de croix xxxxx ! Pour les fils, alors comme d'habitude, si je devais faire un "kit" de cette broderie, ce serait à s'arracher les cheveux ! Y'a du DMC, pour sûr ! mais aussi des Carrie's Creation, des HOE (éh éh !) et pour réaliser les prunelles à mon goût j'ai couplé un mouliné DMC noir avec un fil de lin bleu étrange de Steff Francis, il me fallait des ombres différentes.

Les néophytes diront : "bravo pour la composition !" , je les remercie d'avance... les expertes diront : "ouais, bof, y'a mieux", je partage d'avance leur point de vue !

Les "copines" y verront tout ce qu'il faut comprendre. Je leurs dit MERCI d'avance et encore MERCI de me suivre.

Ah ! j'oubliais le truc indispensable dont je me fous totalement quand je brode : les dimensions finies : 24 cm x 29 cm. C'est dans un cadre en joli bois brun avec les autres années. Voilà pour cette broderie "annuelle".

Demain il fera jour et je ne sais pas si du patchwork ou de la broderie, je vais mettre une "oeuvre" en route. Je me suis offerte des fils vraiment superbes et jamais vus chez Sylvie Delattre, pour le moment je les regarde et je me demande bien ce que je vais pouvoir en faire, parce qu'il y a du beau à faire avec. Pour le patch, je ne me soucie guère, les rayons sont pleins de tissus qui me tendent les bras !

Et pour finir :  cette ravissante phrase d'Olivier de Kersauzon, aussi solitaire sur mer que moi en montagne : "Arrêtez de me suivre, je suis perdu !".

Bises à mes fidèles et le bonjour à toutes les blogueuses qui passeront par là.

17/06/2010

DU PATCH POUR CHANGER...

TENDRESSE JUIN 2010.jpgNous avons tous, dans notre vie, des moments plus pathétiques que d'autres, des évènements pénibles qui surgissent et qu'il faut bien accepter même si on ne les cautionne pas,

Les "drames" stimulent mon imagination déjà bouillonnante naturellement,

Compte-tenu des circonstances actuelles, douloureuses pour moi et mon père, j'ai eu envie d'un "doudou" comme les petites nenfants, parce que ça rassure le doudou, on s'enveloppe dedans, on ferme les yeux et les turpitudes semblent s'adoucir,

Au départ, je m'étais donné une dimension maximale de 100 cm de côté. Et puis finalement, comme je ne travaille jamais avec un modèle ou rarement avec un dessin préalable que j'ai réalisé, j'en suis arrivée à 152 cm de côté !

Je n'ai travaillé que des "rose", dans diverses nuances, parce que le rose est consolant, rassurant, chaud et doux à la fois. Catherine me dirait que c'est QQ le rose. Pour les circonstances qui m'occupent l'esprit à plein temps, jour et nuit, c'est la couleur qui me convient le mieux pour me tranquilliser...

TENDRESSE JUIN 2010 GROS PLAN.jpg

J'ai bien passé au moins une centaine d'heures à réaliser ce patchwork... Disons à 8€ de l'heure... ça ferait 800€ sans compter les matériaux... Inestimable !

Toutes les coutures des morceaux sont finies avec un point d'épine réalisé avec le fil Lana marron de chez Aurifil, qui donne un aspect encore plus chaud à l'ensemble. J'ai terminé avec une bande de deux gris contrastants, assemblée en Log Cabin, ce qui n'échappara pas aux quilteuses chevronnées. Le patch est molletonné comme il se doit.

Son nom ? "TENDRESSE" et son sous-titre est de Goethe : "je n'ai de chance que parce que tu m'aimes".

Tout est dit. Tout est là-dedans : mes tripes, mes espoirs, mes larmes... et ma passion.

ARIELLE MEILLAND

DOMBASLE 2010 D.jpgDOMBASLE 2010 A.jpg AVIS AUX AMATEURS DE ROSIERS GRIMPANTS !

Pour moi : ya pas photo ! Entre le rosier et la pintade dame de BHL, je trouve le rosier merveilleux d'autant qu'il a le mérite de ne pas ouvrir la bouche !

Je vous ai montré ce rosier grimpant exceptionnel l'an passé. Il est planté maintenant depuis 2 ans et voilà où nous en sommes : des branches de plus de 3 mètres de haut malgré une coupe sévère en avril pour le redémarrage.

C'est un rosier extraordinaire (comme le jardin de Trenet) parce les fleurs démarrent dès le sol. Il devient très vite volumineux et demande un ancrage sérieux. Il est remontant et nous régale les yeux jusqu'aux gelées. Je n'ai pas de parts dans la société MEILLAND, mais je suis ravie de leur trouvaille... dommage pour le nom...

DOMBASLE 2010 B.jpg

DOMBASLE 2010 C.jpg

08/06/2010

POUR UNE VIOLETTE QUI S'ETIOLE

IRIS 2010 C.jpgIRIS 2010 B.jpgIRIS 2010 A.jpgIRIS 2010 D.jpgJARDIN 8 JUIN 2010.jpg

Pures merveilles de la nature, capturées par Cayeux, pour le plus grand bonheur de notre jardin et de nos sens.

Les couleurs sont somptueuses et étranges, le touché est velouté et le parfum poudré me rappelle la poudre de riz de ma grand-mère...

A Violette en particulier, amoureuse des fleurs, excellente photographe et aquarelliste (entre autres).

Amicalement à tous,