Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2009

IMPERTINENCE GRACIEUSE... ...

présence agréable.JPGLe commentaire de Catherine sur la note qui suit m'a rappelé un souvenir scolaire parmi bien d'autres, bien sûr, mais la phrase de Catherine : "impertinence gracieuse" m'a fait me souvenir des interminables cours de technologie en 4ème et 3ème, au collège.

En 3ème, nous avions cours de techno à 13h30, juste après la cantoche. Au premier trismestre ce cher monsieur Vannot avait arbitrairement demandé aux garçons ce qui les intéresserait... nous étions une minorité de filles, mais pas des moindres !

L'unanimité chez les garçons a été d'étudier et de dessiner un moteur de voiture. Ravies nous étions, nous, les filles... Le moteur à explosion, à 15 ans, ça passionne !

Déjà testarde et insoumise à l'injustice scolaire, j'avais donc décidé de somnoler un peu  pendant ces cours ultra-soporiphiques sur les différents composants d'un moteur à explosion qui ravissaient ces andouilles de garçons.

Ce qui me sauvait était le dessin. A l'époque (1976), nous faisions encore des dessins au crayon, à la règle, au compas, à l'équerre, j'en passe et des meilleures et toutes les légendes étaient écrites à la plume et à l'encre de Chine noire, entre deux lignes bien horizontales qu'il fallait gommer ensuite avec précaution pour ne pas faire de traînées.

J'ai toujours eu la moyenne (moyenne, pas plus) grâce à de vagues réponses lors des contrôles écrits et par contre d'excellentes notes pour le"moteur éclaté" dessiné et légendé lors de ce trimestre plus qu'ennuyeux.

Pour en revenir à la remarque de Catherine, mon prof de techno avait marqué sur mon bulletin trimestriel à côté de ma moyenne moyenne, ce commentaire que je n'ai jamais oublié : "Présence agréable...". Rien de plus, rien de moins.

Je rappelle au passage que ma mère était enseignante dans le lycée voisin et qu'elle n'avait pas manqué d'apprécier cet humour éducationalesque propre aux enseignants qui ne se comprennent qu'entre eux.

Pour ce qui est des autres trimestres et de l'année de 4ème, ne me demandez pas ce qui était au programme !

Moi, j'avais trouvé le commentaire "charmant" et très juste. Ma mère n'était pas du même avis.

Faut dire que l'étude du moteur éclaté a été d'une grande utilité dans mon existence et que ma mère n'a conduit qu'une seule fois dans sa vie pour s'encastrer dans un pont du canal de la Marne à la Saône... !!! Etonnant non ?

06/11/2009

SEJOUR EXTRA-TERRESTRE EN BOURGOGNE

RENEVE 01 11 2009.jpgJe me suis absentée une semaine de mes montagnes chéries pour passer les 4 premiers jours dans cet ancien coprs de ferme sis en Bourgogne, côté plaine de la Saône, pour y voir mes parents...

C'est ici que j'ai vécu 4 mois par an en alternance avec un logement HLM dans le 92 car ma mère était enseignante. C'est son fief. Ce village était peuplé d'une longue lignée de la famille de ma grand-mère maternelle (que je n'ai pas connue mais dont je porte le prénom) qui était la soeur de 8 autres gamins... d'où une papardelle de tantes, d'oncles, de cousins, petits-cousins et autres emmerdeurs qu'il fallait se farcir.

C'est ici que j'ai grandi, que j'ai fait les 400 coups, que j'ai effeuillé la marguerite, que j'ai beaucoup pleuré de n'être pas aimée de ma mère, ici aussi que je me suis étiolée, que j'ai perdu espoir, que je me suis noyée dans le brouillard...

Cette maison est tout droit sortie des "Art et Décoration" des années 60 à 80 où tout est splendide et riche au regard mais n'a jamais eu aucun point positif côté confort rationnel... Ah ! Les intellos... ...

Enfin, c'est là que se trouve aussi mon père que j'ai eu beaucoup de plaisir à revoir. Mais ce mini-séjour m'a permis de constater que je n'avais aucun regret, aucune nostalgie, aucune mélancolie pour ce lieu qui m'apparaît totalement étranger désormais. Je remercie mon psy qui m'a aidé à tirer un trait sur une énorme malle de souffrances contenue dans les 4 murs de cette barraque.

Et soyez assez aimables pour ne pas me dire que les blessures se referment avec le temps... les cicatrices font souffrir aussi.

18:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

16/08/2009

ET POUR FINIR : LES GAGS DU MAG !

GAGS DU MAG.JPGComme j'ai du vous en parler, j'ai une excellente amie et marraine de ma fille qui tient une savonnerie/parfumerie à Castellane. De temps en temps je vais lui faire un coucou et je me trouve confrontée à la clientèle... J'ai toujours adoré faire de l'ethnologie locale et au mois d'août (excusez-moi m'sieurs ' dames) on atteint des sommets, voire des records ! Alors pour me faire plaisir et en espérant que ça vous fera rire un peu, je vous livre les gags de cette année... mais la saison n'est pas finie ! Tout peut encore arriver !

Y'a une quinquagénaire (pour dire que ce n'est pas une gamine qui pose la question) qui a demandé si nous avions "du savon sans huile" ? J'ai répondu avec mon humour corrosif et néanmoins distingué, que nous avions des liqueurs, des sirops, des herbes de Provence mais pas de savons sans huile... Ah bon ?

Une autre dame du même âge a demandé du savon sans soude. La boucle est bouclée ! Alors mon amie lui a expliqué gentiment qu'il y avait du savon liquide, fait avec de la potasse (qui a les mêmes vertus saponificatrices que la soude mais qui empêche le savon de se solidifier). "De la potasse ? Mais c'est très dangereux !" s'est écriée la dame. Pas plus que la soude lui a répondu mon amie, chimiste et savonnière de métier. La dame est repartie sans savons du tout. Et vous ? ça va ?

Une charmante jeune femme a demandé "du savon à l'huile d'ânesse"... Mais bien sûr !

Un gamin de 14 ans a demandé si on "pouvait se laver la peau" avec les savons ? Et tu veux laver quoi couillon ?

Un homme outré, les 2 mains sur les hanches a demandé : "vous n'avez pas de savon à l'ananas ??????". Ben non. Y'a plus de 80 sortes de savons dans le magasin mais pas à l'ananas. C'est ballot hein ? Et puis entre nous, en Provence, la lavande est plus locale que l'ananas. Ben il n'a pas acheté de savon. Pourtant on trouve des trucs fous comme fraise, framboise, vanille, coco, pomme verte, orange, citron, mandarine, et j'en passe et des fragrances ! Mais pas à l'ananas...

Un autre "Môssieur" de Paris a tourné viré 20 fois dans le magasin pour arriver au comptoir en s'étonnant de ne pas trouver de savon à la bergamote... Un copain de l'autre sans doute !

Au magasin, le prix des savons est dégressif et particulièrement dégraissé quand il s'agit d'un lot de 10 choisis par le client. Mais ça n'empêche pas le touriste de se croire au souk et d'essayer de négocier des tarifs spéciaux au-delà de 10 savons... Bonne mère !

3 touristes Hollandais ont acheté un savon de 100 grammes. Ils ont demandé à mon amie si elle pouvait leurs couper en quatre pour faire des cadeaux... véridique ! Les bras lui en sont tombés. Elle n'a pas coupé le savon. Les Hollandais étaient déçus.

En Provence il fait chaud. Question incessante : "est-ce que les savons fondent à la chaleur ?". Vous voulez répondre quoi vous ? Non !

Une emmerdeuse voulait absolument de l'huile essentielle de mandarine pour s'endormir le soir. Pas de bol, au magasin on trouve de l'huile essentielle de lavande, de lavandin (pardi !), d'eucalyptus, d'orange, de citronelle... du local quoi ! Elle était vraiment déçue la pauvre dame, elle était venue exprès pour ça. Et vas-y qu'elle nous raconte les vertus de la mandarine, et patati et patata et " vous êtes sûre de ne pas en avoir ?". Elle est repartie ravie avec 2 flacons de brume d'oreiller au tilleul... Dors ma bonne dame, ça nous reposera !

Y'a eu un type, costume, chemise blanche et lunettes en or qui s'est offusqué des prix des savons. Il a déblatéré un grand monologue sur la baisse générale et notoire des matières premières importées en France pour nous convaincre que nous étions des escrocs (dixit). Mon amie lui a proposé de voir les factures de nos fournisseurs qui sont tous de la région PACA pour lui montrer que le prix du savon n'avait diminué en un an, hélas pour elle aussi qui doit faire la répercussion. Moi j'y ai mis mon grain de sel parce que j'aime pas qu'on nous prenne de trop haut... Alors j'ai demandé à ce costard/cravate dans quel domaine il travaillait avec des matières premières qui avaient dégringolé... Il travaille dans l'aluminium... ... Nous on travaille avec de l'huile d'olive française. Essayez un peu de vous laver avec une règle à maçon...

J'arrête là parce qu'on pourrait en écrire des chapitres ! Heureusement que ce n'est pas la majorité des clients ! Mais dans une journée il y en toujours au moins UN qui se distingue. Des fois c'est drôle, des fois c'est affligeant ou carrément désespérant.

Et dans l'ensemble et dans toutes les langues, il ne faut pas s'attendre à la politesse basique... Bonjour ! S'il vous plaît ! Merci ! Aurevoir !

C'est le commerce !

04/08/2009

JE ME POSE UNE QUESTION

C'est ballot mais je me pose une question élémentaire :

Est-ce que je continue ce blog ou j'arrête tout ?

INTERROGATION.JPG

23:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

05/07/2009

BAL(L)ADE IRLANDAISE

OSCAR WILDE.jpgL'homolivretdefamilias a prévu une semaine en Irlande entre Dublin et Galway fin août.

Je connais bien l'Angleterre et le Pays de Galles pour y avoir séjourné des mois de juillet durant, lorsque j'étais plus jeune (beaucoup plus jeune !) J'en ai gardé un excellent souvenir. Mais j'étais jeune et pas mariée et la vie me semblait plus légère. (Je ne t'apprends rien mon époux).

J'ai besoin de vos avis !

Que tous ceux qui sont allés en Irlande veuillent bien me laisser leurs impressions (négatives ou positives) pour me dire si je dois me réjouir à l'avance ou non, et quels sont les pièges à éviter... Merci.

Je vous laisse méditer sous l'oeil goguenard d'Oscar Wilde... (né à Dublin en 1854 et mort à Paris en 1950 d'une méningite foudroyante... pour info !)

J'sais bien que ce n'est pas le bout du monde, mais j'ai toujours très peur de m'éloigner de mon "refuge", certaines comprendront mieux que d'autres.

Merci aux visiteurs

21:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : peut-être

28/06/2009

L'AI-JE BIEN MERITE ?

VIOLETTE ENVELOPPE MOUTONS.jpgL'ai-je bien mérité ce grand article d'une page dans le blog de Violette de Savoie ?

Tous mes remerciement à cette talentueuse, discrète et délicieuse Violette qui aime à se cacher comme la violette des chemins et moi-même...

Merci à toutes les brodeuses qui ont laissé des commentaires qui réchauffent mon âme meurtrie.

J'aime broder des enveloppes. J'ai découvert ce plaisir d'en envoyer et d'en recevoir du temps où j'avais une amie que je croyais être une amie...

Il y a toujours le risque que la "chose" pour laquelle on a mis tant de plaisir, n'arrive jamais...

Je suis émue.

23:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : émue, gênée, contente