Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2009

J'VAIS SUPER BIEN !

ours pyjama.jpgLa nouvelle année ça me fait un effet boeuf !

J'ai passé la journée en pyjama et j'ai roupillé sans arrêt. La dernière fois que je n'ai pas quitté le pyjama qui rassure, ça doit être quand j'ai accouché de ma fille... presque 16 ans !

J'suis d'une humeur de chien. J'en ai ras la tasse. Le moral me tombe dans les chaussons.

J'ai quand même eu le courage de commencer à broder un zozio d'Helen Stevens mais sans conviction aucune, rien, juste pour dire que je ne dors pas quand je brode.

L'hommocuisinus n'arrête pas de préparer des plats plus exquis les uns que les autres et s'agite dans la cuisine... il nous prépare un chapon farci pour 3... ...

Fille chérie est de méchante humeur, le nain de jardin qui lui tenait la main depuis 3 mois semble se dérober. Il nous a cassé les pieds avec son forfait "je t'aime" et depuis hier c'est la cata dans le coeur de la belle enfant. Chérie-adorée est dans le brouillard alors que c'est clair comme de l'eau de roche, mais fille le prendre très mal. Y'en aura d'autres ma cocotte !

Je me sens tellement bien dans mes charentaises que j'ai envoyé un message à Danielle en pensant que  nous étions le 3 janvier...

Et vous ? ça va ?

22/12/2008

LE ROUGE EST MIS

LE ROUGE DE CUISINE Redim 50%.jpg
J'suis malade, je vous l'ai déjà raconté dans un article du blog.
J'suis malade : dépression grave depuis le 4 juillet 2002 - sans pathologie particulière- la maladie sympa pour l'entourage, ça dérange pas trop, je ne suis pas dingue, je ne pousse pas des cris les soirs de pleine lune...  le truc pépère pour les autres, je veux dire les Zôtres.
Avant que le plafond ne me tombe sur la tête, je n'aimais pas le rouge en déco. Mais alors pas du tout.
Quand j'ai fui les bipèdes et que je me suis réfugiée dans la montagne bien haut, à 1000 mètres d'altitude dans un hameau hanté par une poignée de pékins et bien j'ai eu deux priorités pour ma maison : de la lumière, beaucoup de lumière et le rouge.
Parce que le rouge ça réconforte, ça réchauffe, ça rassure.
C'est curieux comme on peut changer...
Elevée (si l'on peut dire) par une mère prof d'anglais (ne me parlez jamais des problèmes de l'Education Nationale, j'en ai plus que soupé) je me suis réfugiée avec mon ennemie (ma dépression) dans le cocooning so british d'où les "mugs" que vous voyez pendus sous l'étagère qui supporte une magnifique collection de vaisselle ROUGE de Vallauris.
De temps en temps je vous collerai quelques photos de "la maison de moi". C'est une maison blanche adossée à la montagne lalalala lalala
Et j'en profite pour dire que j'aime beaucoup San Sévérino en général, le jazz manouche en particulier et la chanson intutilée : "Rouge" dudit San Sévérino. Parce que le rouge c'est plein de symboles.
Au fait, j'ai pas compris l'autre jour, vendredi dernier, quand je suis allée chez mon psy (parce que je me soigne moi, je vais chez un psy pour essayer de savoir si c'est moi ou les Zôtres qui déraillent... et je n'ai pas honte de dire que je vais chez un psy-chiatre), donc j'en reviens à ce que ce cher Doc m'a dit en conclusion des séances de 2008 : "vous ne devez pas être facile à vivre..."
Ah bon ?
Et vous ? ça va ?