Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2008

JE SUIS DEPRESSIVE, et alors ?

ZTJCA8R78WECAIL93CKCADRQ5GYCAGXNON8CAPHUDW3CAJHCE4ACA7ZFQS6CAS4BT2JCANG45WUCAF1QV6JCA116AOVCAS49365CA3BDIAECA9P1R7YCANUBZYTCA3PBKH1CAT5OHQ9CAWKKM3Y.jpg"C'est la nuit qu'il est beau de croire à la lumière". (Edmond Rostand)

DEPRESSION GRAVE

J'ouvre ici une parenthèse qui ne se referme pas pour vous dire que depuis le 4 juillet 2002 - jour de l'Independance Day" aux USA - et jour de mon "Chimical Dependance Day", je souffre d'une dépression grave ne relevant d'aucune pathologie spécifique. J'ai mal à la vie. J'explore et je porte mon fardeau de quadragénaire avec un spécialiste qui tente de me faire croire quon peut arriver à bout de tout, même des pires souffrances... celles de l'enfance. 6 ans et des brouettes que ça dure et je ne vois pas la petite lueur au bout du long tunnel.

J'ai un "défaut" psychologique : j'ai une capacité d'analyse des évènements passés trop pointue et une mémoire beaucoup trop vive, une hyper-sensibilité aux atmosphères et une hyper-émotivité (ça va avec) qui m'empêchent de vivre normalement avec les Zôtres et en particulier avec une "famille" qui a lentement mais sûrement su bousiller ma vie dès mon plus jeune âge.

Je le dis parce que cette maladie est souvent cachée par l'auto-dérision pratiquée par le souffrant alors qu'elle représente une véritable souffrance morale, psychique et physique. Je vis chaque jour sur le fil du rasoir (du funambule aussi), aidée par des anti-dépresseurs puissants (inhibiteurs de la pensée suicidaire) et des anxyolitiques qui gèrent les montées d'adrénaline occasionnées le plus souvent par l'indélicatesse des Zôtres... indélicatesses bien humaines, certes ! mais très mal vécues par les dépressifs de la vie.

Je veux juste dire à toutes et à tous ce dont je souffre pour vous aider (peut-être ?) à comprendre mes besoins de créations, de lumière, de couleurs etc... Chaque jour est un jour gagné pour ceux qui m'aiment mais le lendemain se trouve toujours à l'infini et mal défini.

Que cet article ne vous détourne pas de mon blog... N'ayez pas peur ! 1 français sur 10 est dépressif : c'est alarmant et déconcertant

Créer est un refuge, un moyen de sortir ses tripes ou des les apaiser au gré d'humeurs imprévisibles...

Ne me plaignez surtout pas. Je vous demande simplement de regarder autour de vous, vous êtes entourés de dépressifs comme moi et je vous demande juste de faire un tout petit peu attention à ce qui ne se voit pas mais qui fait très mal.