Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/04/2009

MES PREMIERES PENSEES SERONT POUR VOUS...

Comme je n'en peux plus de cet hiver exceptionnel qui n'en finit plus
j'ai craqué pour une brassée de pensées multicolores que j'ai flanquée sur le bord de la fenêtre de mon bureau-atelier-foutoir pour ne plus voir la grisaille ambiante
Là-haut, si haut, encore une chance ! Il n'y a pratiquement jamais de brouillard mais pour le moment nous n'avons pas plus de 10° dans la journée et il pleuvine sans cesse et le jardin est encore endormi me privant des mille couleurs éclatantes qui me font du bien au coeur et à l'âme. Alors en attendant que le printemps/été arrive, je brode en regardant mes pensées.
(Ce qui ne m'empêche pas de penser en brodant).
J'avais envie de partager cette photo avec vous, faites juste après la mise en place des bacs.
Belle la nature non ?
PENSEES PAQUES 2009 redim 25%.jpg

27/02/2009

NATURE MERVEILLEUSE ET RASSURANTE

VAUPLANE 27 02 09 H REDIM.jpg
VAUPLANE
Ma fille avait du vague à l'âme. "Les copains sont trop puérils maman, ils veulent jouer au Monopoly". "Viens ma belle grande, on va se remettre d'aplomb à Vauplane..."
Ma microscopique commune est située aux confins de 3 départements : les Alpes de Haute Provence (où je suis), les Alpes Maritimes et le Var. Notre région déplace des archéologues, spéléologues et  géologues du monde entier pour comprendre la géologie très complexe de notre département. Je ne suis pas savante, mais je sais que j'ai une chance inouïe de vivre dans ce spectacle qui se renouvelle perpétuellement. Je respecte infiniment cette merveilleuse nature qui m'entoure.
A 20 minutes en voiture de chez moi, nous pouvons aussi être là : à Vauplane. Site d'émerveillement, c'est la fin des "basses Alpes" et le début des Alpes maritimes que l'on aperçoit au fond entre les deux versants. Au milieu : un trou béant. Le tout recouvert d'un mètre de neige immaculée. Là-haut vit un berger.
C'est souvent qu'en cas de blues (surout l'été quand la population de Castellane passe de 900 habitants à 30.000... oui ! 30.000 !) je m'échappe dans les verts paturages de cet endroit magique où souffle toujours un vent glacial qui berce les lavandes sauvages et toutes sortes de petites fleurs que les moutons piétinent, gardés par les énormes patous.
Seule. Il n'y vient presque jamais personne. Là, je respire, je me coupe du monde, je reste béate, allongée dans l'herbe à  ne rien attendre.
Ma doudou avait le bourdon. Quelques pas dans la neige luisante au soleil et le bourdon s'en est allé.
Je ne vous dirai jamais assez combien j'aime cette région et combien j'aimerais que les touristes la respecte et qu'ils ne le font pas. Mais il y a mille endroits secrets où se réfugier que les touristes ne connaîtront jamais parce qu'ils ont peur d'être seuls... avec les loups !!!!!
A tous les Parisiens qui ne peuvent pas se permettre le déplacement vers cette contrée magique, je partage ma photo. (mais je connais aussi des parisiens qui, pour rien au monde, ne mettraient les pieds "à la campagne"). Pour les autres : fermez les yeux et rêvez un peu.